Troisième session sur « les techniques d’enquête en matière de crimes financiers et de corruption ».

Une quarantaine de magistrats, et membres des commissions anticorruption Jordanienne et Palestinienne ont participé à un troisième séminaire sur « les techniques d’enquête en matière de crimes financiers et de corruption », organisé par l’ambassade de France, les commissions anticorruption de Jordanie et des Territoires palestiniens, et le PNUD, du 14 au 15 septembre à l’hôtel Kempisnki d’Amman, avec le soutien du réseau arabe pour l’intégrité et la lutte contre la corruption .

Cette formation a été ouverte par son excellence Dr Abed kharabseh, Président de la commission anticorruption Jordanienne, M. Olivier COURTEAUD, premier Conseiller représentant l’ambassade de France, et M. Yakup BERIS, représentant le PNUD.

Trois experts sont venus animer cette formation destinée à renforcer les capacités des enquêteurs Jordaniens et Palestiniens pour une plus grande efficacité de la justice dans ce domaine. SE Anouar, Ben Khelifa, ancien secrétaire d’Etat en charge de la gouvernance et de la fonction publique et actuel directeur général de la présidence du gouvernement, a présenté les outils et instruments légaux nationaux et internationaux pour lutter contre la corruption et a évoqué l’évolution de la loi et de la pratique en Tunisie et a rappelé la nécessité de l’entraide pénale internationale.

Les deux magistrats français, le juge Charles DUCHAINE, actuel directeur de l’Agence Française de Gestion et de Recouvrement des Avoirs Criminels, et Jean-Yves Lourgouillou, Procureur financier au parquet national financier, juridiction récemment créée pour lutter plus efficacement contre la grande délinquance financière, ont partagé avec l’assistance leur solide expérience de juge et procureur dans des gros dossiers judiciaires de corruption.

Au cours de cette formation, les experts ont échangé avec les participants sur les spécificités des enquêtes dans ce domaine, rendues particulièrement difficiles en raison de du caractère occulte des pratiques de corruption, sur la nécessité de rechercher de nombreuses preuves, souvent éparpillées dans le temps et dans l’espace, et d’aborder avec une approche systémique ces dossiers aux dimensions complexes, avec de nombreuses ramifications internationales.

Le séminaire s’est achevé par la remise solennelle, par SE Dr Fayrouz AMRO membre du conseil de la commission anticorruption, de diplômes attestant du suivi de cette formation.

Dernière modification : 20/09/2015

Haut de page