Trois jeunes jordaniens dans l’édition 2017 du programme SafirLab

Conçu comme un « accélérateur » d’innovation sociale, SafirLab permet à une vingtaine de participants originaires du monde arabe de bénéficier, à Paris, de l’expertise d’acteurs éminents de la société civile française. Pendant quinze jours, ces jeunes peuvent partager leurs expériences et imaginer de nouvelles étapes à leurs projets entrepreneuriaux ou associatifs.

Dans le cadre du programme SafirLab qui se tient à Paris du 4 au 13 novembre 2017, les participants bénéficient d’un accompagnement personnalisé en trois langues : arabe, anglais et français. Afin de développer leur projet, ils assisteront à des ateliers spécialisés et auront des rencontres individualisées au sein d’entreprises, d’associations ou d’institutions. A travers ce programme personnalisé, les participants peuvent à la fois renforcer leurs compétences, faire connaître leurs initiatives et enrichir leur réseau de contacts et de partenaires.

SafirLab apporte ainsi un soutien stratégique à celles et ceux qui joueront, demain, un rôle moteur dans la vie économique, sociale et culturelle de leurs pays.

Depuis son lancement en 2012 , 9 jordaniens ont participé à ce programme unique. En 2017, nous avons le plaisir d’accueillir à nouveaux trois jeunes jordaniens prometteurs, engagés dans la vie sociale de leur pays :
- Nadia Masri, projet de maison de la culture à Salt
Nadia est étudiante en marketing à « Albalqa Applied University » et adjointe manager de « Ruwaq Al Ordon » une maison de culture à Salt qui prévoit des activités dans plusieurs domaines tels que la photographie, la calligraphie, la peinture, la musique et le cinéma.

- Mustafa Al Sakran, projet « bassin des arts »

Mustafa, diplômé en gestion des affaires à « Irbid National university », est le fondateur de Mede Arts, une plateforme qui fédère des jeunes artistes originaires de toute la Jordanie.

- Moath Al Thaher, projet de blog contre les fausses informations « fake news »

Moath est étudiant en médicine à« Misr university for Science and technology » et cofondateur du projet « Fatabbayano » qui vise à lutter contre les fausses informations diffusées sur internet. Il a publié plusieurs épisodes sur YouTube qui ont été vus plus de 2 500 000 de fois.

Dernière modification : 19/11/2017

Haut de page