Suez inaugure l’extension de la station de traitement des eaux usées d’As Samra

Le groupe Suez et ses partenaires ont inauguré, lundi 19 octobre 2015, la deuxième extension de la station de traitement des eaux usées d’As Samra.

Sous le patronage de son Excellence M. Abdallah Nsour, l’inauguration a eu lieu en présence de Son Excellence M. Hazem El-Nasser, Ministre de l’Eau et de l’Irrigation et Mme Dana Hyde, directrice générale de Millennium Challenge Corporation (MCC).
Mme Caroline Dumas, Ambassadrice de France en Jordanie, ainsi que les ministres et les officiels invités à l’occasion, ont exprimé leur grande appréciation du fonctionnement de l’usine qui emploie environ 1500 salariés dont 90% appartiennent de la communauté locale.

Le groupe français, associé à Morganti (filiale du leader du BTP au Moyen-Orient CCC), a construit (clé en main) l’usine de traitement des eaux usées d’As-Samra. Degrémont l’opère depuis 2008, dans le cadre de la première concession de services publics sous forme de PPP du pays (« Build Operate Transfer »/BOT).
As-Samra est la plus grande usine de traitement du pays, voire du Moyen-Orient : elle traitait jusqu’à présent 100 Mm3 d’eau usées/an destinés exclusivement à l’agriculture et à l’industrie. L’usine traite 90% des eaux résiduaires du pays, les trente autres stations de traitement réparties sur le territoire jordanien étant de très petite taille comparées à Samra.

Compte tenu de la croissance démographique importante d’Amman, les autorités jordaniennes ont décidé d’augmenter la capacité d’As-Samra à 132 Mm3/an pour répondre aux besoins d’une population estimée à 3,5 millions d’habitants, soit près de 35% de la population du pays. L’extension de l’usine a été engagée en 2012, portant l’exploitation par Suez jusqu’en 2037. Avec cette extension, Samra produira un volume d’eau équivalent à 10% des besoins du pays.

D’un montant de 270 M USD dont 93 M USD font l’objet d’une subvention du programme américain Millennium Challenges Corporation (MCC), les travaux auront duré trois ans.

L’usine est quasi-autonome en énergie. Des turbines hydrauliques installées en amont et en aval, associés à des moteurs à gaz alimentés par le biogaz de digestion des boues, permettent de produire 80% de l’électricité nécessaire au processus de traitement, les 20% restant proviennent du réseau national.

L’usine d’As-Samra est l’un des principaux projets du ministère de l’Eau et de l’Irrigation en faveur de la protection de l’environnement et de l’amélioration des conditions socio-sanitaires à Amman et dans le gouvernorat de Zarqa. L’usine d’As-Samra est considérée par les autorités jordaniennes comme un modèle de BOT, à la fois en termes de réalisation et en termes de schéma de financement (mixage dons/financements privés).

Dernière modification : 20/10/2015

Haut de page