Signature d’une convention de financement avec Messagers de la paix Jordanie pour soutenir l’éducation des enfants réfugiés irakiens

L’Ambassadeur de France, S. Exc. M. David BERTOLOTTI, a signé le 12 décembre 2017 avec le représentant en Jordanie de l’association « Messagers de la Paix », le père Khalil Jaar, une convention de financement d’un montant de 120 000 € destinée à soutenir pendant une année scolaire un programme éducatif en faveur des enfants réfugiés irakiens vivant à Marka. La plupart de ces réfugiés ont fui le nord de l’Irak en 2014 suite à l’offensive de Daech. L’association Messagers de la paix répond aux besoins essentiels de cette communauté notamment en matière d’accès à l’éducation.

Le programme, financé par la France, permettra d’organiser des cours de rattrapage et de soutien à hauteur de 14 heures par semaine pour 200 enfants irakiens, âgés de 6 à 14 ans qui ont raté une ou plusieurs années scolaires du fait de la guerre et l’exil.

Cette nouvelle aide qui s’inscrit dans la continuité du soutien apporté par cette ambassade aux réfugiés irakiens de Madaba et Kérak, est financée par le fonds de soutien du ministère des Affaires étrangères français aux victimes de violences ethniques et religieuses au Moyen-Orient, dont la création a été annoncée le 8 septembre 2015 lors de la conférence de Paris, co-présidée par la France et la Jordanie. Ce fonds illustre également l’engagement de la France pour soutenir la Jordanie face aux crises des réfugiés irakiens comme syriens.
Lors de la cérémonie organisée en présence des 200 enfants, de leurs familles et de leurs enseignants, l’ambassadeur a déclaré : « les Chrétiens sont une composante fondamentale des sociétés du Moyen-Orient. La France demeure très attachée au respect de la liberté de religion ou de conviction ». Il a ajouté que « la France était fière de financer un projet dans le secteur de l’éducation car il est de notre responsabilité collective de pouvoir assurer à ces enfants, qui ont connu la guerre et l’exil, une éducation. Il s’agit là d’un droit essentiel et une chance pour leur redonner une vie normale ».

Dernière modification : 21/12/2017

Haut de page