Rentrée universitaire : les étudiants étrangers élisent la France

JPEGLa qualité des formations supérieures rend la
France de plus en plus attractive aux yeux des étudiants
étrangers. Un engouement bénéfique, encouragé par
une politique volontariste visant à attirer les candidats
de haut niveau.

Les étudiants étrangers sont nombreux à choisir
l’enseignement supérieur français en cette rentrée universitaire 2011-2012. Il est vrai que la France
bénéficie d’une reconnaissance internationale dans les domaines intellectuels et culturels, et la
formation dispensée par ses établissements d’enseignement supérieur est réputée de bon niveau. De
plus les dispositifs d’aide à l’accueil, à l’installation et à l’intégration se développent et se
perfectionnent.

Depuis dix ans, le nombre d’étudiants étrangers ne cesse de croître. A la dernière rentrée, ils
étaient 284 659, soit 12,3 % de la population étudiante française, faisant de la France le troisième pays
d’accueil, ex-æquo avec l’Australie, derrière les Etats-Unis et le Royaume-Uni. Ils viennent des pays
du Maghreb, de Chine, d’Inde, mais aussi de l’Union européenne, du Moyen-Orient, du Sud-est
asiatique ou du continent africain. Ils s’inscrivent en priorité dans les filières liées aux sciences (près
de 36 %) , au management (19 %), à l’informatique (20 %). Suivent la biologie, le droit, la
communication et le journalisme, la physique, les sciences économiques et politiques.

Les trois-quarts d’entre eux choisissent l’université, où leur nombre connaît une croissance
considérable : plus de 70 % en dix ans. Certaines d’entre elles développent un accueil personnalisé, un
accompagnement pédagogique spécifique, des cours de méthodologie universitaire française.
Couronnement de ces efforts, on note un renforcement du recrutement aux niveaux master et doctorat :
près de 40 % des doctorants en France sont étrangers. Les grandes écoles de commerce sont elles aussi
très attractives, avec près de 25 % d’effectifs venus d’ailleurs.

Les écoles d’ingénieurs élaborent aujourd’hui des stratégies efficaces. L’Ecole supérieure
d’ingénieurs de Rouen, par exemple, a installé des bureaux en Inde et en Chine et compte aujourd’hui
25 % de diplômés étrangers, contre 17 % il y a deux ans. Des écoles concluent des accords de double
diplôme avec des universités étrangères ou conçoivent une formation commune, tel l’Institut supérieur
de l’Aéronautique et de l’Espace, à Toulouse, qui s’est associé avec des établissements européens pour
Rentrée universitaire : les étudiants étrangers élisent la France
N° 39 – octobre 2011
MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET EUROPEENNES
DIRECTION DE LA COMMUNICATION ET DU PORTE-PAROLAT
SOUS DIRECTION DE LA COMMUNICATION
créer un « European Aerospace Institute ». La Conférence des Grandes Ecoles s’est fixé pour objectif
de porter en dix ans la population des étudiants étrangers à 30 %.

Souvent, les étudiants étrangers sont arrivés par le biais de programmes d’échanges bilatéraux
ou européens, comme ERASMUS. Le montant total des bourses du ministère des Affaires étrangères
et européennes en faveur des étudiants étrangers s’élève près de 80 millions d’euros.

Le Centre national des OEuvres universitaires et scolaires, sous la tutelle du ministère de
l’Enseignement supérieur et de la Recherche, propose des guichets uniques d’accueil destiné à faciliter
la vie quotidienne des étudiants. Le ministère des Affaires étrangères et européennes a mis au point
une charte de qualité pour l’accueil des étudiants étrangers. Avant leur départ, ces étudiants sont
orientés par les Espaces CampusFrance, qui agissent au sein des Représentations diplomatiques
françaises dans 97 pays. L’Agence nationale CampusFrance fédère 261 adhérents (universités, grandes
écoles, instituts) qui mettent en commun leur expérience et leur savoir-faire.

Afin d’attirer les meilleurs candidats, le ministère des Affaires étrangères et européennes a
lancé des programmes spéciaux. Les Bourses d’excellence Eiffel financent des formations de master et
doctorat, les Bourses d’excellence Major permettent aux étudiants de poursuivre leurs études jusqu’au
master. Quai d’Orsay/Entreprises établit un partenariat par lequel des bourses sont cofinancées avec
des entreprises françaises reconnues au niveau mondial.

Le ministère des Affaires étrangères et européennes agit en collaboration avec Egide (le Centre
français pour l’accueil et les échanges internationaux), qui organise notamment chaque année le séjour
de plus de 30 000 étudiants. De retour chez eux, les étudiants peuvent garder le contact grâce aux
initiatives multiples des Représentations diplomatiques françaises qui mettent en relation les diplômés
de France.

Sylvie Thomas

Sites Internet :

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr

http://www.campusfrance.org/fr

http://www.francecontact.net

Dernière modification : 05/01/2015

Haut de page