Remise des insignes de Chevalier des Arts et des Lettres à M. Raouf Abu Jaber Jeudi 8 septembre 2011 18 h 00 à la Résidence

Chers amis,

Je suis particulièrement heureuse de vous recevoir nombreux ici ce soir à la résidence de France pour rendre hommage à Monsieur Raouf Abu Jaber, qui a su prendre à la lettre, dans les multiples facettes de sa riche existence, le mot d’ordre des hommes des Lumières : « sapere aude », ose savoir.

Cher Raouf,

Dans votre livre passionnant consacré aux « Pionniers de la Jordanie », vous dites votre admiration pour le courage et l’esprit d’entreprise des premiers agriculteurs venus s’établir à l’est du Jourdain, bravant l’aridité du sol et la sécheresse du climat. Ce soir, c’est à votre propre esprit d’aventure et votre volonté de repousser la frontière du savoir que je voudrais rendre hommage.

Ce qui impressionne chez vous, c’est votre réussite dans tous les domaines que vous avez touchés : le commerce et l’industrie, la recherche historique et la littérature, le dialogue entre les religions et les communautés. Vous êtes, j’aime à revenir vers eux, ce que les philosophes des Lumières ont appelé un « honnête homme », lettré, curieux, soucieux de s’investir dans la société de son temps.

Cher Raouf, après vos études d’économie à l’Université américaine de Beyrouth vous avez pris la tête des entreprises familiales, en leur assurant un développement sans précédent.

Mais alors que beaucoup se seraient contentés de cette réussite matérielle et sociale, votre curiosité et votre intérêt pour l’histoire de la Jordanie vous motivent, à 57 ans, à reprendre à des études d’histoire moderne. Après avoir obtenu un master de l’Université de Jordanie, vous voilà de nouveau à la croisée des chemins : retourner à vos affaires ou poursuivre vos recherches académiques ? C’est votre bonne étoile, celle que vous décrivez comme votre meilleure conseillère, votre femme Mireille, qui vous encourage à écouter votre cœur et à préparer un doctorat à la prestigieuse université d’Oxford. La rigueur de votre travail pendant ces trois années d’exil viendra à bout des réticences de l’austère jury britannique qui conclura ainsi votre soutenance de thèse : « Un travail original sur une aire géographique peu explorée. Nous recommandons vivement que Monsieur Abu Jaber publie ce travail pour le bénéfice des chercheurs et des étudiants. » Ce sera chose faite quelques mois plus tard, lorsque les fameuses éditions londoniennes Tauris publient votre thèse sous le titre Les Pionniers de Jordanie.

A travers cet ouvrage devenu une référence, à travers également le magnifique album intitulé Par delà la rivière qui raconte en images l’histoire de la Transjordanie ottomane, à travers surtout votre récente étude sur l’économie transjordanienne du XIXème et du début du XXème siècle vous avez contribué à construire une mémoire et une fierté nationale basée sur une érudition incontestable, mais aussi sur l’apport, plus personnel de l’histoire de votre propre famille. Cette passion pour l’Histoire vous rapproche des auteurs français puisque dans le cadre de vos recherches sur l’histoire de la Jordanie ottomane, vous lisez avec avidité les récits de voyage des explorateurs français tels Volney ou Bonfils.

Mais au-delà du grand historien, c’est l’homme de dialogue que je voudrais aussi saluer. Arabe et chrétien arabe, vous attachez un grand prix à la coexistence harmonieuse, depuis des siècles, des différentes communautés religieuses, dont la Jordanie est un vibrant exemple. Vous vous êtes personnellement impliqué dans le dialogue entre les communautés ainsi que, en tant que membre de la Commission Royale pour les Affaires de Jérusalem dans les combats destinés à préserver le patrimoine commun aux trois religions en Terre sainte.

Vous nous avez également aidés, cher Raouf, à contribuer à la confiance dans l’avenir que la France manifeste envers la Jordanie en cédant un magnifique terrain situé sur la route de l’aéroport et sur lequel nous allons commencer à construire, avec l’agence pour l’enseignement du français à l’étranger et l’association des parents d’élèves, dans les tous prochains jours, le futur Lycée Français d’Amman. Ce nouveau lycée permettra d’accueillir, dès 2012 et dans des conditions d’excellence optimales, le second cycle de l’enseignement selon les normes françaises en Jordanie.

Ce projet qui constitue une des priorités de la France en Jordanie devrait contribuer, aussi grâce à vous, au rayonnement de la culture française et au renforcement de la coopération entre nos deux pays.

Alors, pour cette volonté insatiable de savoir, pour ce désir de concilier les religions, pour cette ambition de transmettre le témoignage d’une époque si proche et déjà révolue, je suis heureuse de vous remettre, au nom de la République française, les insignes de Chevalier dans l’ordre des Arts et des Lettres./.

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

Dernière modification : 25/09/2011

Haut de page