La France inaugure la maison des sœurs à la ville de Karak en coopération avec l’association Caritas

L’Ambassadrice de France, Madame Véronique Vouland-Aneini et le président de Caritas Jordanie, M. Wael Suleiman, ont inauguré le 27 février ‘’la maison des sœurs’’ dans la ville de Karak en présence de M Imad Hijazeen, secrétaire général du ministère de tourisme, M Jamal Al Fayez , Gouverneur de karak , M Ibrahim Al Karaki ,Maire de la ville et de personnalités chrétiennes.

Grace à un financement du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères de 250 000 €, une ancienne maison de la ville de Kérak, connue comme « la maison des sœurs françaises » a pu être réhabilitée par des réfugiés irakiens chrétiens compétents en bâtiment. Cette maison, dont la valeur patrimoniale et touristique est importante, accueille aujourd’hui différents ateliers artisanaux de poterie, d’accessoires en bois d’olivier, de cuivre, un atelier culinaire et un magasin destiné à commercialiser les produits des ateliers. Le projet a permis également la mise en place de formations professionnelles artisanales favorisant les opportunités de travail en faveur des réfugiés et des jeunes de la ville.

Ce programme a été financé par le fonds du ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères en soutien aux victimes de violences ethniques et religieuses au Moyen-Orient, dont la création a été annoncée le 8 septembre 2015 lors de la conférence de Paris, co-présidée par la France et la Jordanie. Outre l’engagement de la France à préserver la diversité culturelle et religieuse du Moyen-Orient, ce projet illustre également l’engagement continu de la France aux côtés de la Jordanie dans la gestion de la crise des réfugiés irakiens comme syriens.

En outre, la réhabilitation de cette maison des sœurs s’inscrit dans les efforts de l’ambassade de France pour établir un jumelage entre la ville de Karak et la ville de Carcassonne qui souhaitent ensemble inscrire le château sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Lors de la cérémonie d’inauguration, l’ambassadrice a déclaré : « A Kerak et en Jordanie plus largement, la vie quotidienne est rythmée par le soutien réciproque des différentes communautés et leur coexistence pacifique ». Elle a ajouté que « ce projet contribuera non seulement à l’intégration des réfugiés, mais aussi au développement économique et touristique de la ville ».

Dernière modification : 08/03/2020

Haut de page