La France accompagne le retour à l’école d’enfants syriens

Le samedi 8 septembre 2018, l’ambassadeur de France en Jordanie, M. David BERTOLOTTI, accompagné des équipes éducatrices, a remis à 55 élèves jordaniens, syriens et irakiens leur diplôme de formation élémentaire. Ce diplôme atteste de la réussite de leurs études réalisées au sein de deux organisations communautaires locales dans les villes d’Amman et de Zarqa.

En décrochage scolaire pour certains depuis plusieurs années, ces élèves méritants ont bénéficié pendant un an des activités d’éducation informelle mises en place par l’ONG française Première Urgence Internationale avec pour objectif de faciliter leur réinsertion dans le système d’éducation formelle jordanien. Ce programme, qui permettra au final de remettre sur la voie de l’éducation formelle 120 élèves, repose sur le cursus des centres Makani de l’UNICEF et sur un ensemble d’activités récréationnelles hebdomadaires, de réunions de parents d’élèves ainsi qu’un accompagnement psychosocial pour les enfants et les parents qui le souhaitent.
Ce projet, qui vise à améliorer l’accès aux services d’éducation et de santé des familles les plus vulnérables, a bénéficié d’un financement de l’Agence Française de Développement d’un montant total de 2,650,000 euros dans le cadre de l’initiative Sawa.

Lors de la cérémonie, l’ambassadeur David BERTOLOTTI a salué la générosité de la Jordanie et l’engagement des autorités afin de favoriser la scolarisation des enfants réfugiés en Jordanie. Afin d’accompagner ses efforts, l’ambassadeur a rappelé les différents projets soutenus par la France en matière d’éducation, notamment l’appui aux centres Makani de l’UNICEF ainsi que le développement de programmes de formation professionnelle pour de jeunes jordaniens et syriens.

Après avoir salué l’implication des professeurs des deux organisations communautaires locales partenaires, Khawla Bint Al Azwar et Amman Jordanian Association, et avoir félicité les élèves, David Bertolotti a insisté sur notre responsabilité collective afin de fournir aux enfants, qui pour certains ont vécu la guerre et l’exil, l’éducation à laquelle ils ont droit.

Dernière modification : 09/09/2018

Haut de page