Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes

Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes

Nous marquons aujourd’hui, 25 novembre, la journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes.

L’objectif de cette journée est d’appeler et d’encourager les gouvernements, les organisations internationales et les organisations non gouvernementales à mettre en œuvre des politiques de lutte contre les violences faites aux femmes et de sensibiliser l’opinion publique à ce problème.

Ces dernières années ont été marquées par une forte mobilisation contre ce fléau avec l’adoption de nombreuses conventions internationales et régionales, la mise en œuvre de campagnes d’action nationales et internationales, et l’adoption progressive par un nombre croissant d’États de mécanismes juridiques conçus pour protéger les femmes des violences.

Malgré ces efforts, les violences faites aux femmes constituent encore une des atteintes les plus importantes faites aux droits de l’homme et affectent les femmes aussi bien dans la sphère privée que dans la sphère publique. En effet, les femmes sont encore aujourd’hui les cibles de la violence sous toutes ses formes (physique, morale et sexuelle) et dans tous types de contextes (domestiques, conflits armés, conflits sociaux).

Les organisations internationales tout comme la société civile et les gouvernements doivent se mobiliser plus que jamais pour prévenir et répondre à ces cas de violations des droits de l’homme.

La France est particulièrement engagée et active dans ce domaine et a fait de la défense des droits des femmes ainsi que de la promotion de l’égalité hommes-femmes une priorité de sa politique nationale, régionale et internationale. L’adoption d’une loi-cadre contre les violences faites aux femmes en juillet 2010, la ratification de la Convention du Conseil de l’Europe sur « la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique » et l’établissement d’un plan d’action national pour la mise en œuvre de la résolution 1325 « femmes, paix et sécurité », constituent quelques exemples de l’engagement concret de la France pour l’élimination des violences faites aux femmes.

Dans le cadre de cette stratégie, la France travaille avec ONU Femmes dans plusieurs pays d’Afrique, du Moyen-Orient et en Jordanie pour soutenir les organisations de la société civile engagées dans la protection des femmes.

La journée du 25 novembre 2011, journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes, nous rappelle l’impérieuse nécessité d’agir pour renforcer les droits des femmes partout dans le monde car, la France elle-même, n’est pas exempte de ce phénomène avec 140 femmes mortes en 2009 sous les coups de leurs conjoints. Soit une femme tuée tous les deux jours et demi.

La violence faite aux femmes ne doit rien aux traditions, c’est d’abord le visage de la barbarie, c’est le visage d’hommes ordinaires qui deviennent des monstres. La lutte contre la violence n’a pas de frontières. Mobilisons-nous, car cette forme de violence ne doit pas devenir « une violence ordinaire ».

Je saisis cette occasion pour saluer l’action des Jordaniens et des Jordaniennes qui s’engagent quotidiennement pour lutter contre les violences faites aux femmes. C’est à eux que je souhaite dédier cette tribune, à leur détermination et à leur courage.

Dernière modification : 27/11/2011

Haut de page