Discours de l’Ambassadeur

Handicap International
Regional workshop on victims assistance
Wednesday may 20th
Speech of HE Corinne Breuze Embassador of France

Votre Altesse Royale Prince Raad…Mesdames et Messieurs,

Je suis heureuse de participer pour la deuxième fois à l’ouverture d’un séminaire d’Handicap International à Amman. La première fois, il s’agissait de former les responsables des associations de Handicapés du Moyen Orient. J’avais été très émue de constater qu’ils maîtrisaient très bien leur sujet et qu’ils étaient fiers de représenter leur pays et de défendre leur cause. Cette fois, l’Agence Française de Développement a décidé de soutenir l’assistance aux victimes des explosifs, confirmant la vocation humanitaire qui est la sienne au nom du gouvernement français.

Je voudrais saluer les représentants de la Jordanie, mais aussi de l’Iraq, de l’Algérie, du Liban, du Yémen et des Territoires Palestiniens. Comme nous venons de l’entendre dans la bouche du prince Raed, les victimes des mines, des bombes à sous-munitions ont des droits. Le Plan d’action de Carthagène et le traité d’interdiction des mines anti-personnel ont reconnu ces droits. La convention sur les armes à sous-munitions les a confirmés. Il revient aux Etats, que nous représentons, de les appliquer.

Soins médicaux, réadaptation, soutien psychologique, inclusion socio-économique, nous devons tout faire pour que les personnes qui ont directement subi un préjudice par suite de l’emploi de mines ou d’armes à sous-munitions puissent obtenir réparation. Nous le voyons sur les photos, nous l’avons parfois vu directement, ces victimes témoignent du caractère inacceptable de certaines armes. Le conflit qui a opposé Israël et le Liban en 2006 a fait usage des armes à sous-munitions, qui ont fait de nombreuses victimes, et qui polluent maintenant le territoire de ces deux Etats. C’est de là qu’est partie la campagne internationale contre les armes à sous-munitions, qui a donné la convention signée les 3 et 4 décembre 2008 à Oslo.

La France a été particulièrement active dans la négociation de cette convention. Le ministre des Affaires Etrangères s’est personnellement rendu à Oslo le 3 décembre 2008 pour la signature. Le 25 septembre 2009 nous sommes devenus le 20ème Etat à avoir ratifié. Avec 33 signataires aujourd’hui la convention entrera en vigueur le 1er août prochain. La France a cessé la production de ces armes, s’est engagée à détruire ses stocks sous huit ans, et à fournir une assistance technique, matérielle et financière aux Etats parties touchés par les armes à sous-munitions, pour leur dépollution. Plusieurs pays parmi ceux représentés aujourd’hui détiennent des stocks.

Le ministère français des Affaires Etrangères a choisi de s’associer à Handicap International pour convaincre ces pays de signer la convention. Parce que nous sommes en Jordanie, je crois que si le Royaume franchissait ce pas, il apparaîtrait une fois de plus comme pionnier sur la voie du progrès humanitaire, et pourrait entraîner d’autres pays dans son sillage. Je forme, à l’ouverture de ce séminaire, le vœu que les 33 Etats qui ont ratifié cette convention ne restent pas seuls, et que la région du Moyen Orient donne l’exemple de sa volonté de paix en les rejoignant./.

Dernière modification : 06/06/2010

Haut de page