Colloque sur la justice pénale des mineurs - 29 et 30 octobre 2014 [ar]

Un colloque sur la justice pénale des mineurs organisé par l’ambassade de France, Ecole Nationale de la Magistrature et l’Institut Judiciaire de Jordanie a réuni une cinquantaine de participants, magistrats, avocats, policiers, fonctionnaires et représentants d’association, les 29 et 30 octobre 2014 à l’hôtel Landmark à Amman.

Ce colloque a été ouvert par S.E. Dr. Bassam Talhouni, Ministre de la Justice, S.E. Madame Caroline Dumas, ambassadrice de France en Jordanie et le juge Dr. Tha’er Edwan, nouveau Directeur de l’Institut Judiciaire de Jordanie. Dans leurs discours introductifs ces hautes autorités ont souligné l’ancienneté des liens entre les deux pays amis, notamment dans le domaine de la coopération judiciaire.

Le thème de ce séminaire de deux jours, organisé dans le cadre d’une convention qui lie depuis plus de 20 ans les deux écoles de formation des juges, avait été choisi en raison de l’adoption cet été par la Jordanie d’un nouveau texte de loi qui reprend les principes et standards internationaux concernant le traitement de la délinquance juvénile, texte qui devrait entrer en application dans quelques mois.
L’objectif de ce séminaire était de sensibiliser les participants sur les principes fondamentaux concernant la justice pénale des mineurs : la responsabilité pénale atténuée, la spécialisation des intervenants, la spécificité des procédures employées et la priorité aux réponses éducatives et réparatrices.

Le séminaire était animé par deux experts français, Madame Marie-Pierre Hourcade, conseillère à la cour d’appel de Paris, Présidente de l’Association Française des Magistrats de la Jeunesse, Madame Sylvie Angiolini, éducatrice de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, et Madame Fidaa’ Al Hahmoud, juge à la cour d’appel d’Amman. A partir d’études de cas, les participants ont échangé sur leurs expériences respectives et sur la possible adaptation des principes fondamentaux et normes internationales en Jordanie en fonction des acquis culturels et des moyens d’action de ce pays. Les participants ont été très satisfaits de cette première action de sensibilisation sur ce thème et ont exprimé le désir d’une nouvelle rencontre après l’entrée en vigueur de la loi.

Dernière modification : 08/01/2015

Haut de page