Circulations, frontières et encadrement des flux migratoires au Moyen-Orient

L’Ifpo organise un colloque à Amman les 29 et 30 mai 2014 sur la thématique des circulations humaines dans la région du Moyen-Orient (Turquie, Iran, Proche-Orient, Golfe).

L’objectif du colloque est de réfléchir à la manière dont s’articulent au Moyen-Orient les flux de circulation avec les contextes conflictuels qui caractérisent l’espace régional (en particulier les crises irakiennes et syriennes - mais pas uniquement), et la manière dont les différents Etats tentent de s’adapter à ces flux et de les encadrer.

JPEG

Les transformations spatiales des espaces frontaliers, des villes d’accueil, des zones où séjournent et se regroupent migrants et réfugiés sont, dans un contexte de crise, particulièrement importantes. Les flux de réfugiés, à l’exemple de ceux qui résultent des affrontements actuels en Syrie, peuvent concerner non seulement les zones frontières du pays affecté par le conflit, mais également l’ensemble des espaces frontaliers des pays voisins où arrivent ces mouvements de population. Mais nous ne nous arrêterons pas uniquement sur le cas syrien, ni de manière exclusive sur l’actualité politique de la région : au contraire, il s’agira de montrer comment cette dernière s’insère dans un contexte socio-historique où des flux de migrants, de marchands, de pèlerins ou de réfugiés participent, depuis fort longtemps déjà, aux recompositions socio-spatiales de lieux qui servent de transit et d’accueil à ces populations mobiles, et posent toujours avec autant d’acuité la question de leur « gestion ». La réactivation de liens anciens peut parfois être, surtout en période de crise, à l’origine de réseaux migratoires contemporains et du regroupement de membres d’un même groupe en un lieu singulier de l’exil.

Deux grandes questions seront abordées en priorité. Tout d’abord celle des dimensions spatiales des circulations transfrontalières, dans leur diversité (qu’il s’agisse du parcours migratoire, des lieux de transit, des nœuds d’échanges, des espaces frontaliers de passage ou espaces de l’entre-deux). Nous nous interrogerons également sur les dimensions sociales, culturelles, politiques, économiques de ces espaces qui génèrent tantôt de l’exclusion, de la distanciation, tantôt du lien social.
Blocages, crises, manque de fluidité caractérisent l’espace de circulation régional. Le second axe du colloque cherchera ainsi à aborder la question des mobilités circulatoires sous l’angle de la contrainte. La notion de frontière, vue comme limite et obstacle, sera ainsi directement au cœur des discussions. Outre une réflexion sur les politiques de gestion des flux en situation de crise par les autorités étatiques qui contrôlent leur espace national, nous souhaitons encourager une discussion sur la montée en force des acteurs humanitaires qui négocient, gèrent (et contrôlent à leur manière) les populations en attente, immobilisées dans des espaces de l’entre-deux comme les camps, les espaces frontaliers ou les villages et villes d’implantation.

PDF - 267.1 ko
Programme du colloque
(PDF - 267.1 ko)

Pour en savoir plus

Dernière modification : 15/01/2018

Haut de page