Projet Mer Rouge – Mer Morte : signature d’un accord de coopération technique

JPEG

Amman, 9 Mai 2016

Projet Mer Rouge – Mer Morte

Signature d’un accord de coopération technique entre le Royaume Hachémite de Jordanie, l’Agence Française de Développement et la Banque Européenne d’Investissement

Le 9 mai 2016, le Royaume Hachémite de Jordanie, la Banque Européenne d’Investissement (BEI) et l’Agence Française de Développement (AFD) ont signé un accord de coopération afin de développer une assistance technique et de consultance pour la phase 1 du projet Mer Rouge – Mer Morte, renouvelant ainsi leur soutien à la mise en œuvre de ce projet.

Cet accord a pour objectif de définir et de promouvoir la meilleure option permettant de satisfaire les besoins en eau potable actuels et futurs de la Jordanie mais aussi de soutenir la croissance économique et d’accompagner à l’adaptation aux impacts du changement climatique sur les ressources en eau. Dans le cadre de l’accord, trois études seront pilotées par la BEI en coopération avec l’AFD et auront pour objet des analyses économiques et financières ainsi que des études d’impacts environnementaux et sociaux.

Le projet Mer Rouge – Mer Morte est primordial pour la Jordanie et la région. Il développera une infrastructure d’approvisionnement en eau composée principalement d’une prise d’eau dans la Mer Rouge et d’une station de dessalement à proximité d’Aqaba, ainsi que d’une canalisation qui permettra d’envoyer les saumures produites par la station de dessalement à la Mer Morte. Le projet prévoit de produire 65 millions de m3 d’eau dessalée pour Aqaba (Jordanie) et Eilat (Israël) et de décharger jusqu’à 235 millions de m3 d’un mélange de saumures et d’eau de mer dans la Mer Morte. Faisant partie d’une initiative régionale de partage des ressources en eau entre la Jordanie, l’Autorité Palestinienne et Israël, ce projet vise à produire de l’eau dessalée à partir de la Mer Rouge pour la vendre à Israël et à la Jordanie. En contrepartie, Israël fournira de l’eau à la Jordanie en provenance du lac de Tibériade d’une part et à l’Autorité Palestinienne à partir de ses réseaux de distribution d’autre part. Il doit également permettre de freiner la baisse de niveau de la Mer Morte qui a d’importantes implications économiques et environnementales. Le projet aura enfin un impact sur l’accueil de réfugiés dans la région en fournissant un volume plus important d’eau à la Jordanie et aux pays voisins.

“La coopération technique est un jalon important du succès de la phase 1 du projet Mer Rouge Mer Morte a déclaré le vice-président de la BEI Dario Scannapieco. Le secteur de l’eau est une priorité clé pour la BEI dans les pays méditerranéens. Ainsi dans le contexte du besoin urgent d’eau potable en Jordanie, il est important de développer un approvisionnement en eau fiable pour la Jordanie et la région tout en préservant la Mer Morte d’une dégradation environnementale. »
Cette nouvelle assistance technique fait suite à des coopérations techniques antérieures et en cours financés par la France pour la préparation du projet depuis 2008.

Cette opération technique est financée par un don de l’Union Européenne, mis à disposition via la Facilité d’Investissement pour le Voisinage (FIV), un instrument financier qui a pour objectif de soutenir les pays partenaires dans les voisinages de l’est et du sud de l’Union Européenne.

Dernière modification : 26/05/2016

Haut de page